Héloïse VALETTE (LEREPS, UT1 Capitole) : Le concept de « Gestion Intégrée des Ressources en Eau en zones urbaines » (GIRE urbaine) : un nouveau paradigme pour traiter un accès équitable à une eau saine dans les quartiers précaires des villes en développement ?

Nous examinons le concept de « gestion intégrée des ressources en eau en zones urbaines » (GIRE urbaine), qui émerge au niveau international dans les années 2000. La GIRE urbaine préconise une intégration du secteur de l’eau potable et de l’assainissement avec les autres secteurs urbains (déchets, eaux usées, aménagement urbain) afin de limiter les risques liés à l’eau (inondations, pénuries) et de réduire l’impact des villes sur l’environnement. Elle ambitionne de considérer toutes les eaux urbaines (eaux usées, eaux de surface, eaux de pluie…) au sein d’un même système.

L’objectif est de comprendre si ce concept, tel qu’il est actuellement développé, préconise des principes et instruments permettant de traiter de l’accès équitable à une eau saine dans les quartiers précaires des villes en développement.

La littérature économique sur la gestion des ressources en eau ne cible généralement pas les problématiques d’accès à une eau saine dans les contextes urbains. Dans le cadre de l’économie de l’environnement, elle traite essentiellement l’eau en tant que bien commun, (Ostrom, 1990 ; Dietz et al., 2003), mais l’échelle territoriale de la ville n’est pas au cœur de l’analyse. A contrario, les travaux sur les services d’eau notamment dans les approches institutionnalistes (Ménard, 2013 ; Breuil, 2005) mettent principalement l’accent sur les modes de gouvernance et de régulation, mais la ressource en eau « brute » est souvent considérée comme une variable exogène et donc peu débattue.

Nous nous demanderons quelles innovations conceptuelles le concept émergent de GIRE urbaine propose pour traiter d’un accès équitable à l’eau en milieu urbain, en particulier dans les quartiers précaires des villes en développement.

Nous émettons l’hypothèse que ce concept va reconnecter les dimensions d’accès à l’eau saine avec celles sur la gestion de la ressource dans les quartiers précaires. Ces territoires sont caractérisés par l’absence quasi généralisée de réseau d’eau conventionnel. En conséquence, une grande diversité de modalités d’accès à l’eau vient compléter l’offre existante (des eaux « brutes » comme les eaux de surface au mini-réseau, en passant par les puits, forages, vendeurs d’eau…). Ces modalités d’accès sont inégales en termes de fiabilité (continuité de l’approvisionnement selon les saisons, vétusté des infrastructures…), de qualité de l’eau desservie, ou encore de coût.

Une première partie reviendra sur les fondements et les différents émetteurs de la GIRE urbaine. Nous le mettrons en perspective avec deux paradigmes actuels de gestion de l’eau : la « sécurité en eau » (water security) et la GIRE (gestion intégrée des ressources en eau), largement étudiés en sciences sociales (p.ex. Cook and Bakker, 2012; Pahl-Wostl et al., 2013 pour la sécurité en eau, Biswas, 2004; Ghiotti, 2008; Shah, 2004 ; Molle, 2008 pour la GIRE). Une seconde partie interrogera la GIRE urbaine comme nouveau paradigme de gestion de l’eau. Nous avons identifié trois entrées constitutives de la GIRE urbaine : la vision systémique de l’eau, l’équilibre entre problématiques environnementales et sociales, et l’échelle territoriale de gestion adaptée.

Nos résultats montrent d’une part, une tendance à privilégier dans la GIRE urbaine les thématiques environnementales au détriment de celles sur l’amélioration de l’accès à une eau saine. D’autre part, nous notons un manque d’analyse sur l’échelle de la ville – perçue comme territoire homogène -, ainsi que sur l’emboîtement entre l’échelle de la ville et les autres échelles territoriales et administratives, notamment celle du bassin.

Nous conclurons sur la nécessité de reformuler ce concept pour qu’il rééquilibre les objectifs en termes de durabilité environnementale et ceux en termes d’amélioration des conditions de vie des populations urbaines marginalisées par l’accès une eau saine. Cette reformulation est d’autant plus nécessaire que ce concept est en voie de « circulation » au niveau international, mais ne s’est pas encore imposé dans les politiques publiques nationales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *