Isabelle BAGDASSARIAN (LEREPS, UT2J) : Dimensions matérielles et immatérielles des communs territoriaux : exemple des commissions syndicales des montagnes basques et béarnaises.

Le développement du concept des communs est issu de l’étude des systèmes médiévaux de gestion de pâturages exploités collectivement dans l’Angleterre médiévale. Ce système a pu se maintenir sur plusieurs siècles lorsqu’il a pu échapper à la privatisation. Dans ces systèmes, la ressource partagée est multiple. Il s’agit en premier lieu de la ressource naturelle qui motive le collectif. Sont également développées des structures nécessaires à l’exploitation de la ressource ainsi que les savoir faires pour leur entretien. Ainsi, dans l’étude d’un « commun territorial », l’inventaire des ressources doit explorer le champ du matériel et de l’immatériel. De plus, l’engagement de chaque commoner repose sur son appartenance à un ensemble social qui partage également des liens interpersonnels, des structures familiales et des règles de transmission du patrimoine.

Aujourd’hui encore, le besoin d’exploitation des espaces d’estives et des forêts, fédère une action collective de gestion. L’existence d’une quarantaine de commissions syndicales sur la chaîne des Pyrénées témoigne de la permanence de ces modes de gestion.

Cependant, la modification des composantes de gestion du bien commun semble aujourd’hui mettre en péril l’existence même du système. La diversification des ressources exploitées (pâturages, forêt, eau mais aussi gibier, station de ski, casinos, subventions…), la raréfaction des commoners, la création d’un statut juridique, l’évolution des techniques de gestion et la modification des systèmes humains supports pourraient expliquer la fragilisation du commun territorial historique.

L’objectif de cet article est de proposer une analyse des composantes matérielles et immatérielles des ressources et du système de gouvernance de commissions syndicales en Pays basque et en Béarn et de leur niveau d’éloignement par rapport à un commun. Des éléments sur la qualification de la capacité collective et sur la pérennisation du mode d’exploitation de ces ressources pourraient alors être avancés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *