Programme

Journée des doctorants et jeunes docteurs du LEREPS

17 mars 2017

Manufacture des Tabacs, Bât Q, 2ème étage, Open space

9h00 – 9h15 : Présentation de la Journée de doctorants 2016

9h15 – 10h45 :  Politique économique, finance et fiscalité (Stefano Ugolini)

  • Matteo CAVALLARO (CEPN, Univ. Paris 13 et Sciences Po Toulouse) : Different shades of black: a comparative analysis of radical right parties economic policy after 1990.
  • Bruno DE MENNA (LEREPS, UT1 Capitole): Exploring Co-operative Banking Diversity – Towards a Typology at the European Level.
  • Damien CUBIZOL (GATE-LSE-CNRS, Université Lyon 2 et Sciences Po Toulouse) : Rebalancing in China: a taxation approach.

11h00 – 12h15 : Développement et soutenabilités

  • Zafarani UWINGABIRE (LEREPS, ENSFEA): Green open economy: an opportunity for the LDCs economic development? Economic impacts of pollination service on international trade and LDCs development. 
  • Sandrine ALLAIN (UMR AGIR, INRA) : When should we spatialize indicators for ex ante assessments and why? An illustration in quantitative water management

12h00 – 13h30 : Pause déjeuner, terrasse open space

13h30 – 15h00 : Réseaux et territoires

  • Delio LUCENA (LEREPS, UT1 Capitole) : How collaborative incentives in cluster policies influence the structural role of SMEs in regional innovation systems: A network-based analysis of Aerospace Valley in Toulouse – France (2005-2015)
  • Isabelle BAGDASSARIAN (LEREPS, UT2J) : Dimensions matérielles et immatérielles des communs territoriaux : exemple des commissions syndicales des montagnes basques et béarnaises.
  • Bastien BEZZON (LEREPS, UT2J) : Coordination du financement des entreprises d’un cluster.

Zafarani UWINGABIRE (LEREPS, ENFA Toulouse) : Green open economy: an opportunity for the LDCs economic development? Economic impacts of pollination service on international trade and LDCs development.

The agriculture sector is crucial for economic development of the developing countries. Furthermore, agriculture depends on natural resources such as ecosystem services, for instance, the production of the world edible crops and nutrients depend on the pollination service up to 60% and 40% respectively; this dependence is observed mainly in the least developed countries (LDCs). However, pollinators decline is a global concern. Therefore, there is a need to develop materials that can help to identify impacts of pollinators on international trade and development in an open economies context, especially from a sustainability perspective. Our research proposes an extended agro-ecological standards approach to a country level, for the LDCs’ sustainable production of the crops and nutrients, access to international trade, and economic development.

This research aims to evaluate the contribution of pollination service in the economic development of the LDCs. More specifically, the main objectives are: – 1) To evaluate the impacts of pollinator decline on the international trade of crops and nutrition; 2) To highlight the LDCs opportunities to increase their share in the international markets within a global tendency of pollination service decline. 3) To simulate the impacts of the pollination service on the LDCs’ GDP. The 48 LDCs, based on UN classification, is the sample. Scenarios will be used to understand local and global impacts of different levels of pollinator extinction on international trade and thus on the LDCs’ development.

The expected results are that the progressive loss in pollinators’ density may induce continuous increases in global prices of pollinator dependent crops as well as increases in the quantity of crops exchanged in international market. In addition, the heterogeneity of loss and dependence of pollination service across countries might modify the comparative advantages for LDCs, a factor that might contribute to their economic development. The LDCs may adopt the green open economy approach toward their agriculture development to sustain and/or improve the quantity and quality of their food production, and their interests inside the international trade game.

Germain TESNIERE (AGIR Toulouse, INRA Toulouse – MINES ParisTech) : Régimes de propriété sur les ressources génétiques animales et déstabilisation des communs : les pratiques de contractualisation dans les stratégies de sélection génétique de la race bovine Holstein dans trois pays européens.

L’évolution des connaissances et des technologies, notamment en génétique, a bouleversé la capacité de l’Homme à comprendre et intervenir sur le vivant. Depuis 2009, une innovation scientifique et technologique majeure – la sélection génomique – permet de prédire le potentiel génétique des animaux dès leur naissance grâce à un échantillon d’ADN, contre plusieurs années nécessaires auparavant. Les ressources génétiques animales, et plus particulièrement les races animales sont des ressources communes. Contrairement aux ressources végétales où les variétés appartiennent à des firmes semencières, les ressources génétiques animales ont jusqu’à présent peu fait l’objet de privatisation. Cependant, les questions de propriété, de droits d’accès et de partage sont aujourd’hui renforcées par la connaissance précoce des potentiels génomique des animaux et l’accélération du rythme de la sélection génétique. Dans un contexte de concurrence accrue pour l’accès aux ressources biologiques et informationnelles, certaines entreprises ont développé des stratégies mobilisant des contrats de sélection.

Dans ce cadre, j’étudie le cas de la sélection de la race bovine Holstein dont le commerce du progrès génétique est mondialisé. Je m’intéresse aux stratégies de création génétique des entreprises de sélection et plus particulièrement à leurs pratiques et aux instruments utilisés pour accéder à ces ressources dans trois contextes institutionnels européens (France, Irlande et Pays-Bas). La création génétique est une activité qui lie des entreprises de sélection et des « éleveurs sélectionneurs » dans le but produire la génération suivante d’animaux reproducteurs pour la race. Elle se compose de pratiques de recrutement des mâles et femelles considérés comme stratégiques pour cette création génétique en fonction des valeurs génomiques prédites des animaux. Cette activité mobilise divers instruments dont le contrat de sélection qui définit les règles de l’utilisation des ressources génétiques animales mais aussi des ressources informationnelles. Ces pratiques de sélection contractuelles sont couplées à une segmentation du marché de la génétique Holstein qui s’accompagne d’un développement de marques animales.

En adaptant le cadre proposé par Schalger et Ostrom (1992) pour analyser les droits de propriétés appliqués à la gestion des ressources communes, Labatut et al. (2013) se sont intéressé à l’évolution des régimes de sélection et de propriété sur les ressources génétiques sur le temps long. A la suite de ces travaux, je recherche à comprendre en quoi les stratégies et les pratiques de sélection actuelles dans ces trois pays font-elles évoluer le régime de propriété autour des races animales et déstabilisent leur caractère commun.

Héloïse VALETTE (LEREPS, UT1 Capitole) : Le concept de « Gestion Intégrée des Ressources en Eau en zones urbaines » (GIRE urbaine) : un nouveau paradigme pour traiter un accès équitable à une eau saine dans les quartiers précaires des villes en développement ?

Nous examinons le concept de « gestion intégrée des ressources en eau en zones urbaines » (GIRE urbaine), qui émerge au niveau international dans les années 2000. La GIRE urbaine préconise une intégration du secteur de l’eau potable et de l’assainissement avec les autres secteurs urbains (déchets, eaux usées, aménagement urbain) afin de limiter les risques liés à l’eau (inondations, pénuries) et de réduire l’impact des villes sur l’environnement. Elle ambitionne de considérer toutes les eaux urbaines (eaux usées, eaux de surface, eaux de pluie…) au sein d’un même système.

L’objectif est de comprendre si ce concept, tel qu’il est actuellement développé, préconise des principes et instruments permettant de traiter de l’accès équitable à une eau saine dans les quartiers précaires des villes en développement.

La littérature économique sur la gestion des ressources en eau ne cible généralement pas les problématiques d’accès à une eau saine dans les contextes urbains. Dans le cadre de l’économie de l’environnement, elle traite essentiellement l’eau en tant que bien commun, (Ostrom, 1990 ; Dietz et al., 2003), mais l’échelle territoriale de la ville n’est pas au cœur de l’analyse. A contrario, les travaux sur les services d’eau notamment dans les approches institutionnalistes (Ménard, 2013 ; Breuil, 2005) mettent principalement l’accent sur les modes de gouvernance et de régulation, mais la ressource en eau « brute » est souvent considérée comme une variable exogène et donc peu débattue.

Nous nous demanderons quelles innovations conceptuelles le concept émergent de GIRE urbaine propose pour traiter d’un accès équitable à l’eau en milieu urbain, en particulier dans les quartiers précaires des villes en développement.

Nous émettons l’hypothèse que ce concept va reconnecter les dimensions d’accès à l’eau saine avec celles sur la gestion de la ressource dans les quartiers précaires. Ces territoires sont caractérisés par l’absence quasi généralisée de réseau d’eau conventionnel. En conséquence, une grande diversité de modalités d’accès à l’eau vient compléter l’offre existante (des eaux « brutes » comme les eaux de surface au mini-réseau, en passant par les puits, forages, vendeurs d’eau…). Ces modalités d’accès sont inégales en termes de fiabilité (continuité de l’approvisionnement selon les saisons, vétusté des infrastructures…), de qualité de l’eau desservie, ou encore de coût.

Une première partie reviendra sur les fondements et les différents émetteurs de la GIRE urbaine. Nous le mettrons en perspective avec deux paradigmes actuels de gestion de l’eau : la « sécurité en eau » (water security) et la GIRE (gestion intégrée des ressources en eau), largement étudiés en sciences sociales (p.ex. Cook and Bakker, 2012; Pahl-Wostl et al., 2013 pour la sécurité en eau, Biswas, 2004; Ghiotti, 2008; Shah, 2004 ; Molle, 2008 pour la GIRE). Une seconde partie interrogera la GIRE urbaine comme nouveau paradigme de gestion de l’eau. Nous avons identifié trois entrées constitutives de la GIRE urbaine : la vision systémique de l’eau, l’équilibre entre problématiques environnementales et sociales, et l’échelle territoriale de gestion adaptée.

Nos résultats montrent d’une part, une tendance à privilégier dans la GIRE urbaine les thématiques environnementales au détriment de celles sur l’amélioration de l’accès à une eau saine. D’autre part, nous notons un manque d’analyse sur l’échelle de la ville – perçue comme territoire homogène -, ainsi que sur l’emboîtement entre l’échelle de la ville et les autres échelles territoriales et administratives, notamment celle du bassin.

Nous conclurons sur la nécessité de reformuler ce concept pour qu’il rééquilibre les objectifs en termes de durabilité environnementale et ceux en termes d’amélioration des conditions de vie des populations urbaines marginalisées par l’accès une eau saine. Cette reformulation est d’autant plus nécessaire que ce concept est en voie de « circulation » au niveau international, mais ne s’est pas encore imposé dans les politiques publiques nationales.

Bastien BEZZON (LEREPS, UT2J) : Entre volonté de coopérer et capacités productives : la complexité d’une politique territoriale de développement. Le cas du Système Productif Local Mecanic Vallée.

Dans le cadre des travaux consacrés à la Mecanic Vallée, le Système Productif local (SPL) du même nom est décrit comme un ensemble de firmes pivots (intégrateurs, assembliers notamment) et de sous-traitants. L’objectif du SPL, initié en 1999, était de faire travailler ensemble les firmes donneurs d’ordres locales et les sous-traitants notamment ceux essaimés par les premières.

Il s’agit de savoir de connaître l’intensité des relations économiques locales et leur évolution, c’est-à-dire entre membres de la Mecanic Vallée Dans quelle mesure les membres du SPL travaillent-ils ensemble ? A ce sujet, les données manquent : les relations de clientèle restent obscures tant en termes de noms que de chiffres.

Aussi, la question se pose en des termes différents. En lieu et place des relations qui sont entretenues, il s’agit désormais de s’interroger sur les relations qui peuvent être entretenues entre membres du SPL. D’une part, on peut qualifier l’organisation économique territoriale grâce aux relations entretenues par trois grands blocs d’entreprises locales. D’autre part, la dynamique « locale » se pense en favorisant le découplage des membres.

Le travail s’est donc organisé autour de quatre grandes caractéristiques des firmes. D’une part, leur santé économique. D’autre part, leur capacité à exporter. Parallèlement, les secteurs d’activité sur lesquels elles interviennent. Enfin, les données concernant les adhérents et qui portent sur leur capacité à travailler ensemble. Les données de 130 entreprises ont porté sur les années 2008 et 2014.

Trois grands types d’adhérents émergent dans les résultats. Ces types constituent des blocs entre et autour desquels gravitent de nombreuses entreprises qui partagent les caractéristiques de plusieurs agrégats: les leaders, les dynamiques et les PME.

Ce sont les deux premiers agrégats qui sont les plus à même d’entretenir une dynamique économique territoriale notamment via les demandes de prestations de sous-traitance qu’ils émettent. Ils attirent les richesses provenant du SPL, notamment via les exportations, ce qui aliment leur dynamisme économique. Une évolution majeure de la Mecanic Vallée réside dans la montée en puissance des éléments « dynamiques ».

Les dynamiques et les PME diversifient leur clientèle et se découplent du réseau local pour maintenir leur activité. Ce découplage est en lien direct avec la volonté du « travailler ensemble » du SPL. En effet, le marché local est insuffisant pour satisfaire les attentes de tous et la coopération sait laisser place à des intérêts plus individuels pour assurer la prospérité de tous les membres.

Laurren LARROUY (GREDEG/CNRS, Université de Nice Sofia Antipolis) : Bayesian and relational rationality: from game theory to a theory of games

The object of the paper is to build a theory of games that does not require the existence of prior beliefs about each other’s actions. We indeed argue that the existence of prior beliefs about the outcome of a game is inconsistent with the rationality of individuals engaged in a strategic interaction. We suggest instead introducing a Theory of Mind (ToM) in game theory to explain how players choose their strategy given their beliefs about each others’ types. We ground our model on Simulation Theory (ST), and define as ‘relational rational’ a Bayesian rational player who chooses her strategy given her simulation of the reasoning of the other players.

Our contribution therefore questions the classical and the epistemic program in game theory that both fail to provide an intersubjective representation of strategic interactions. Classical game theorists are interested in the properties of a solution concept (e.g. existence, multiplicity, and stability), but without investigating how players could reach such a solution. Epistemic game theory (EGT) intends to determine the conditions on the knowledge and beliefs of the players such that their choices correspond to a specific solution concept. In other words, EGT is only testing the consistency of a solution to the game that is postulated before the actual playing of the game. Besides, much of the debate in EGT has focused on the nature of the prior beliefs (whether they are common or not, independent or not): our criticism goes further, by questioning the existence itself of prior beliefs about each other’s actions. Besides, the strategic dimension of games in both classical and epistemic game theory is captured by the assumption of common knowledge of rationality (CKR) – or, as a weaker requirement, of common belief in rationality. However as soon as it is supposed that each player is Bayes rational and that this is of common knowledge, there is no need to account for and endogenous formation of individual beliefs. In fact, a fundamental issue of game theory is that players never try to represent what the other players are thinking: they have an a priori belief about the result of their reasoning, but the process itself of the formation of those beliefs is never tackled.

To offer a proper theory of games, a mechanism is missing: this is a ToM. Introducing a ToM and in particular the ST in game theory offers a methodological ground to explain how players define their beliefs about each other’s actions. In brief, the ST states that individuals use their own mental scheme, to explain and predict others’ behavior by putting themselves in place of these others and by simulating, from this angle, others’ eventual perceptions, and beliefs. They implement in their own reasoning process others’ ‘pretend’ mental states to infer others’ potential actions. Such mechanism implies that the individuals’ prediction depend on their own perceptions or frames. This perspective makes possible to constrain the set of beliefs a player can hold and her simulation of others’ mental states – i.e. perceptions and beliefs.

Delio LUCENA (LEREPS, UT1 Capitole) : Dynamique des réseaux collaboratifs innovants et politiques de financement. Le cas d’Aerospace Valley.

Ce projet se situe dans le cadre de l’économie géographique évolutionniste et s’interroge sur les types d’organisations qui occupent des positions fondamentales dans la dynamique et la performance des réseaux collaboratifs innovants dans un pôle de compétitivité.

Il s’agit d’analyser l’évolution de la forme d’un réseau collaboratif au fil du temps, pas seulement pour identifier des changements dans la morphologie de la structure, mais aussi pour étudier les acteurs qui occupent des positions relevées comme fondamentales pour la dynamique et la performance des réseaux consacrées à l’innovation scientifique et technologique. L’analyse de la morphologie structurelle du réseau se fera à travers l’identification des positions de concentration de capital relationnel et des positions de pontage entre composantes, voire de lien entre sous-groupes. La présence et l’articulation de ces deux caractéristiques de la morphologie, concentration et pontage, ont été relevés par les académiciens comme fondamentales dans les phénomènes d’aperture à l’innovation et de résilience des clusters. Ce projet prétend contribuer à l’identification des singularités des acteurs qui occupent ces positions, ainsi que l’évolution de ces singularités à travers le temps.

Pour répondre à cette problématique on utilise le cas du pôle de compétitivité Aerospace Valley, prenant comme donnée pour la construction du réseau les projets collaboratifs labellisés par le pôle et financés à travers le Fond Interministériel Unique (FUI) entre 2005 (date de création du pôle) et 2015. Ce type de donnée permet l’étude des dynamiques de collaboration en innovation mais elle permet aussi, due à sa nature, de mesurer l’impact des politiques publiques. Puisque le processus de financement de projets est un outil pour l’application de politiques stratégiques nationales et régionales (du pôle de compétitivité), l’étude de l’évolution des réseaux peut s’expliquer partiellement à travers la prise en compte de ces politiques et correspond aussi à un outil d’évaluation de l’impact et des effets des stratégies politiques sur l’innovation collaborative.

Célia CHOLEZ (AGIR Toulouse, INRA-SAD/ADEME) : Contrats de production en grandes cultures : incitations et coordinations en contexte d’incertitudes.

Au regard des enjeux de transformation des systèmes de production agricole, les contrats passés entre les agriculteurs et les coopératives pourraient constituer un outil d’incitation au changement de pratiques. Parmi la diversité de pratiques contractuelles dans le secteur des grandes cultures, les contrats de production présentent la particularité de définir à la fois les conditions d’achat et de vente de la production agricole, mais aussi d’encadrer une partie des pratiques productives des agriculteurs.

Cet article analyse la nature de ces formes contractuelles mises en œuvre par les coopératives auprès de leurs adhérents, ainsi que les raisons de ce choix organisationnel. Sur la base d’une enquête qualitative réalisée auprès du top 20 des coopératives agricoles françaises, nous proposons une analyse croisée au prisme des théories des contrats et de l’approche basée sur les compétences. Nos résultats soulignent que le degré d’incertitude relatif aux cultures produites sous contrats est un paramètre essentiel pour comprendre les modalités de la coordination contractuelle mise en œuvre par les coopératives.

Nous mettons également en lumière la complémentarité des contrats avec d’autres dispositifs organisationnels qui permettent de véhiculer de l’information technique ou de construire des compétences productives essentielles pour la réalisation de la production contractualisée. Ainsi, cet article amène à reconsidérer le contrat, non plus seulement comme un outil permettant d’aligner des incitations ou de diminuer des coûts de transaction, mais aussi comme un support permettant d’encourager des comportements coopératifs afin de développer des compétences techniques.

Pedro BAPTISTA et Franziska OLLENDORF : Le nouveau pro-activisme privé dans la chaîne de valeur du cacao. Quelle contribution pour un développement rural durable au Ghana et au Venezuela?

Récemment, nous pouvons témoigner d’une forte augmentation et d’une diversification des interventions privées dans la chaîne de valeur du cacao. À travers cette multitude nouvelle d’interventions, les différents acteurs privés influencent de plus en plus l’arrangement sectoriel et sa gouvernance dans les pays exportateurs. La communication proposée ici analyse deux cas différents d’action privée dans la filière cacaoyère : un projet UTZ de certification au Ghana et la relation inédite entre des micro-entrepreneurs chocolatiers et les producteurs de cacao au Venezuela.

Au Ghana et au Venezuela, l’État est l’acteur principal dans la filière de cacao. Il est responsable de la régulation de tous les aspects du secteur : la production, la commercialisation et l’exportation. Dans les deux cas, le nouveau pro-activisme des entreprises affecte le cadre d’action publique et les conditions locales. Au Ghana, l’étude d’un projet d’UTZ certification montre des effets positifs immédiats pour les producteurs, tels que l’amélioration de l’accès aux formations agraires et, aussi et bien souvent, l’augmentation de production. Pourtant l’approche du développement à travers cette certification éthique ne semble pas aider les producteurs à sortir plus durablement de la pauvreté. Principalement, elle apparaît comme un instrument des entreprises transnationales pour améliorer leur gouvernance de la chaîne de valeur de cacao dont elles estiment que la durabilité est en péril.

Au Venezuela, l’intervention actuelle de l’État dans la filière cacao n’a pas encouragé la production et la commercialisation de « cacaos fins ». La relation inédite qui se développe entre les micro-entrepreneurs chocolatiers et les producteurs semble encourager la production et la différentiation de variétés de cacaos fins en revalorisant les régions de productions.

Sur la base des matériaux empiriques obtenus lors des enquêtes de terrain réalisées en 2014 et 2015, la communication éclaire tant les formes de mise en oeuvre de ces interventions que leurs effets pour un développement rural durable. En utilisant la méthode d’analyse des chaînes globales de valeur, elle aborde les questions suivantes : quels sont les acteurs de ces nouvelles interventions et à travers quels mécanismes interviennent-ils ? Quels effets ont leurs actions sur la gouvernance de la filière, la production de cacao et les conditions de vie des producteurs cacaoyers ?

Tiago TEIXEIRA DA SILVA SIQUEIRA (LEREPS, UT2J) : Les déterminants des externalités environnementales des exploitations agricoles : le rôle des structures organisationnelles, de la règlementation et du marché. Une étude empirique appliquée aux exploitations bovines laitières brésiliennes.

La régulation climatique, la biodiversité ou la préservation des ressources en eau et du sol sont des services écosystémiques qui existent dans la nature et qui sont essentiels pour la vie de la planète (Daily, 1997). Les externalités environnementales générées par les pratiques des exploitations agricoles jouent un rôle dans l’approvisionnement de ces services (Zhang et al., 2007). L’usage de bonnes pratiques agro-environnementales est indispensable pour contribuer positivement à la réalisation de ces externalités.

Dans ce cadre, la question est d’analyser quels sont les facteurs qui contribuent au choix des bonnes pratiques dans les exploitations agricoles ? Ce travail mobilise des approches en Economie de l’innovation (Rennings, 2000) et en Economie des organisations (Menard, 2012) pour l’analyse des déterminants des choix des bonnes pratiques agro-environnementales. Mobilisant le cadre d’analyse des innovations environnementales (Horbach et al., 2012), l’objectif est d’analyser le rôle des facteurs organisationnels (technology push), marchand (market pull) et règlementaires (regulatory push/pull) dans l’adoption des pratiques agro-environnementales au sein des exploitations. La démonstration empirique s’appuie sur la méthodologie d’études de cas en s’appuyant sur 6 études monographiques des exploitations laitières brésiliennes. La collecte de données a été réalisée à travers des entretiens semi-directifs avec les propriétaires, en plus d’une visite de l’exploitation en décembre 2015.

Les entretiens ont permis de mettre en lumière différents mécanismes qui déterminent le choix de bonnes pratiques agro-environnementales. En ce qui concerne les structures organisationnelles, la présence des dispositifs de coordination constitués d’actifs spécifiques (principalement humain), au sein de l’organisation ou en collaboration externe, favorisent le choix de bonnes pratiques (Menard 2005). Les études de cas montrent également que l’apprentissage organisationnel est un facteur qui favorise ce choix. Les mécanismes d’incitations basés sur les prix et les motivations comme la réputation, la confiance, les sentiments d’appartenance et de partage de la plus-value sont des éléments importants pour la stabilité des arrangements qui favorisent le choix des bonnes pratiques. Par ailleurs, l’existence de règlementations et/ou de leur anticipation, ainsi que d’un environnement institutionnel qui incite et qui contrôle les conformités à ces règlementations favorise le choix de bonnes pratiques. Enfin, l’insertion dans des processus marchands liés à la qualité favorise le choix des bonnes pratiques. En effet, la plus-value générée par ces marchés ainsi que le besoin de construction et de maintien d’une image de marque sont des incitations importantes pour le choix des bonnes pratiques agro-environnementales.

Bruno DE MENNA (LEREPS, UT1 Capitole) : Le sociétaire face à l’actionnaire. Les phénomènes d’hybridation des banques coopératives en France. Le cas du Crédit Coopératif et du groupe BPCE

Si les banques coopératives ne représentent aujourd’hui que 20% des dépôts bancaires en Europe, le paysage français semble quant à lui faire figure d’exception. En effet, parmi le top 5 des plus grands groupes bancaires de l’Hexagone, trois banques au statut juridique de coopérative récoltent à elles seules plus de 60% de l’ensemble des dépôts du pays (Ansart, Monvoisin ; 2011).

Depuis une trentaine d’année, le secteur bancaire connait néanmoins de profondes mutations qui ont obligé les banques coopératives a modifier leur fonctionnement ainsi que leur gouvernance. Parmi les transformations les plus notables, citons les phénomènes d’internationalisation des activités, les cotations boursières de l’organe central ou des filiales du groupe, ainsi que le développement de la croissance externe (Batac, Maymo, Pallas-Saltiel ; 2008).

Derrière ces évolutions relativement récentes se cachent des tensions entre, d’une part, la tradition coopérative et les valeurs historiques dans lesquelles elle s’enracine et, d’autre part, des enjeux – nouveaux et complexes – liées à la croissance des organismes bancaires dans un environnement sans cesse plus compétitif (Jaeger, Lemzeri, Ory ; 2015).

Cette rupture se fait essentiellement ressentir à trois niveaux : au niveau de la gestion et de l’administration de la soft information1, au niveau de la gouvernance, et au niveau du volume des dettes et actifs liés à l’élargissement des activités bancaires ; notamment au travers de leur caractère devenu désormais universel2 (Bazot, Jeffers ; 2015).

Dans ce contexte, nos recherches se tournent vers l’analyse d’un établissement bancaire qui tente d’assoir son avantage concurrentiel lié à ses fondements historiques – à savoir le Crédit Coopératif – tout en insérant ses activités dans le quatrième plus grand groupe bancaire de France, le groupe BPCE ; ce dernier étant issu de la fusion de la Caisse nationale des Caisses d’épargne et de la Banque fédérale des Banques populaires opérée en 2008.

Damien CUBIZOL (GATE-LSE-CNRS, Université Lyon 2) : Unbalanced privatization in emerging economies and capital flows

Some emerging countries face a large privatization during their economic transition. For most of them, particularly in China and ex-Soviet Union countries, the increasing share of private firms is not followed by a sufficient funding by State-Owned-Banks (SOBs).

This empirical study reveals that a higher credit distribution by SOBs to State-Owned Enterprises (SOEs), to the detriment of some highly productive private firms, has an effect on foreign investments in emerging countries experiencing an economic transition. A first approach relying on GMM, Bayesian techniques, and utilizing a sample of 40 emerging countries over the period 1987-2007, demonstrates that the capital misallocation created by SOBs during privatization hinders inward FDI and enhances the accumulation of foreign assets.

Then, to specify the effect on FDI inflows, a sectoral approach is implemented for 1992-2012. The methodology follows Rajan and Zingales (1998), with a global index of sectoral financial dependence (independent of country and time) that enables correcting for country and industry characteristics to preclude any possibility of omitted variables or endogeneity issues. This sectoral analysis strengthens the previous results and allows for quantification: the rise in the credit afforded to SOEs to the detriment of growing private firms is associated with a slowdown of inward FDI stocks by approximately 16 % to 23 % during privatization. This conclusion is valid in manufacturing but not in tertiary sectors, that is, in sectors with more private firms and external finance dependence.

The literature on the Chinese case is partly extended to the main emerging privatizing countries, and the results allow for improvement in policy actions to better allocate capital in transition economies and for international stability. The policy actions can be of two types: reduce the credit bias at its source or limit the negative consequences on investment.