Delio LUCENA (LEREPS, UT1 Capitole) : Dynamique des réseaux collaboratifs innovants et politiques de financement. Le cas d’Aerospace Valley.

Ce projet se situe dans le cadre de l’économie géographique évolutionniste et s’interroge sur les types d’organisations qui occupent des positions fondamentales dans la dynamique et la performance des réseaux collaboratifs innovants dans un pôle de compétitivité.

Il s’agit d’analyser l’évolution de la forme d’un réseau collaboratif au fil du temps, pas seulement pour identifier des changements dans la morphologie de la structure, mais aussi pour étudier les acteurs qui occupent des positions relevées comme fondamentales pour la dynamique et la performance des réseaux consacrées à l’innovation scientifique et technologique. L’analyse de la morphologie structurelle du réseau se fera à travers l’identification des positions de concentration de capital relationnel et des positions de pontage entre composantes, voire de lien entre sous-groupes. La présence et l’articulation de ces deux caractéristiques de la morphologie, concentration et pontage, ont été relevés par les académiciens comme fondamentales dans les phénomènes d’aperture à l’innovation et de résilience des clusters. Ce projet prétend contribuer à l’identification des singularités des acteurs qui occupent ces positions, ainsi que l’évolution de ces singularités à travers le temps.

Pour répondre à cette problématique on utilise le cas du pôle de compétitivité Aerospace Valley, prenant comme donnée pour la construction du réseau les projets collaboratifs labellisés par le pôle et financés à travers le Fond Interministériel Unique (FUI) entre 2005 (date de création du pôle) et 2015. Ce type de donnée permet l’étude des dynamiques de collaboration en innovation mais elle permet aussi, due à sa nature, de mesurer l’impact des politiques publiques. Puisque le processus de financement de projets est un outil pour l’application de politiques stratégiques nationales et régionales (du pôle de compétitivité), l’étude de l’évolution des réseaux peut s’expliquer partiellement à travers la prise en compte de ces politiques et correspond aussi à un outil d’évaluation de l’impact et des effets des stratégies politiques sur l’innovation collaborative.

Célia CHOLEZ (AGIR Toulouse, INRA-SAD/ADEME) : Contrats de production en grandes cultures : incitations et coordinations en contexte d’incertitudes.

Au regard des enjeux de transformation des systèmes de production agricole, les contrats passés entre les agriculteurs et les coopératives pourraient constituer un outil d’incitation au changement de pratiques. Parmi la diversité de pratiques contractuelles dans le secteur des grandes cultures, les contrats de production présentent la particularité de définir à la fois les conditions d’achat et de vente de la production agricole, mais aussi d’encadrer une partie des pratiques productives des agriculteurs.

Cet article analyse la nature de ces formes contractuelles mises en œuvre par les coopératives auprès de leurs adhérents, ainsi que les raisons de ce choix organisationnel. Sur la base d’une enquête qualitative réalisée auprès du top 20 des coopératives agricoles françaises, nous proposons une analyse croisée au prisme des théories des contrats et de l’approche basée sur les compétences. Nos résultats soulignent que le degré d’incertitude relatif aux cultures produites sous contrats est un paramètre essentiel pour comprendre les modalités de la coordination contractuelle mise en œuvre par les coopératives.

Nous mettons également en lumière la complémentarité des contrats avec d’autres dispositifs organisationnels qui permettent de véhiculer de l’information technique ou de construire des compétences productives essentielles pour la réalisation de la production contractualisée. Ainsi, cet article amène à reconsidérer le contrat, non plus seulement comme un outil permettant d’aligner des incitations ou de diminuer des coûts de transaction, mais aussi comme un support permettant d’encourager des comportements coopératifs afin de développer des compétences techniques.

Pedro BAPTISTA et Franziska OLLENDORF : Le nouveau pro-activisme privé dans la chaîne de valeur du cacao. Quelle contribution pour un développement rural durable au Ghana et au Venezuela?

Récemment, nous pouvons témoigner d’une forte augmentation et d’une diversification des interventions privées dans la chaîne de valeur du cacao. À travers cette multitude nouvelle d’interventions, les différents acteurs privés influencent de plus en plus l’arrangement sectoriel et sa gouvernance dans les pays exportateurs. La communication proposée ici analyse deux cas différents d’action privée dans la filière cacaoyère : un projet UTZ de certification au Ghana et la relation inédite entre des micro-entrepreneurs chocolatiers et les producteurs de cacao au Venezuela.

Au Ghana et au Venezuela, l’État est l’acteur principal dans la filière de cacao. Il est responsable de la régulation de tous les aspects du secteur : la production, la commercialisation et l’exportation. Dans les deux cas, le nouveau pro-activisme des entreprises affecte le cadre d’action publique et les conditions locales. Au Ghana, l’étude d’un projet d’UTZ certification montre des effets positifs immédiats pour les producteurs, tels que l’amélioration de l’accès aux formations agraires et, aussi et bien souvent, l’augmentation de production. Pourtant l’approche du développement à travers cette certification éthique ne semble pas aider les producteurs à sortir plus durablement de la pauvreté. Principalement, elle apparaît comme un instrument des entreprises transnationales pour améliorer leur gouvernance de la chaîne de valeur de cacao dont elles estiment que la durabilité est en péril.

Au Venezuela, l’intervention actuelle de l’État dans la filière cacao n’a pas encouragé la production et la commercialisation de « cacaos fins ». La relation inédite qui se développe entre les micro-entrepreneurs chocolatiers et les producteurs semble encourager la production et la différentiation de variétés de cacaos fins en revalorisant les régions de productions.

Sur la base des matériaux empiriques obtenus lors des enquêtes de terrain réalisées en 2014 et 2015, la communication éclaire tant les formes de mise en oeuvre de ces interventions que leurs effets pour un développement rural durable. En utilisant la méthode d’analyse des chaînes globales de valeur, elle aborde les questions suivantes : quels sont les acteurs de ces nouvelles interventions et à travers quels mécanismes interviennent-ils ? Quels effets ont leurs actions sur la gouvernance de la filière, la production de cacao et les conditions de vie des producteurs cacaoyers ?

Tiago TEIXEIRA DA SILVA SIQUEIRA (LEREPS, UT2J) : Les déterminants des externalités environnementales des exploitations agricoles : le rôle des structures organisationnelles, de la règlementation et du marché. Une étude empirique appliquée aux exploitations bovines laitières brésiliennes.

La régulation climatique, la biodiversité ou la préservation des ressources en eau et du sol sont des services écosystémiques qui existent dans la nature et qui sont essentiels pour la vie de la planète (Daily, 1997). Les externalités environnementales générées par les pratiques des exploitations agricoles jouent un rôle dans l’approvisionnement de ces services (Zhang et al., 2007). L’usage de bonnes pratiques agro-environnementales est indispensable pour contribuer positivement à la réalisation de ces externalités.

Dans ce cadre, la question est d’analyser quels sont les facteurs qui contribuent au choix des bonnes pratiques dans les exploitations agricoles ? Ce travail mobilise des approches en Economie de l’innovation (Rennings, 2000) et en Economie des organisations (Menard, 2012) pour l’analyse des déterminants des choix des bonnes pratiques agro-environnementales. Mobilisant le cadre d’analyse des innovations environnementales (Horbach et al., 2012), l’objectif est d’analyser le rôle des facteurs organisationnels (technology push), marchand (market pull) et règlementaires (regulatory push/pull) dans l’adoption des pratiques agro-environnementales au sein des exploitations. La démonstration empirique s’appuie sur la méthodologie d’études de cas en s’appuyant sur 6 études monographiques des exploitations laitières brésiliennes. La collecte de données a été réalisée à travers des entretiens semi-directifs avec les propriétaires, en plus d’une visite de l’exploitation en décembre 2015.

Les entretiens ont permis de mettre en lumière différents mécanismes qui déterminent le choix de bonnes pratiques agro-environnementales. En ce qui concerne les structures organisationnelles, la présence des dispositifs de coordination constitués d’actifs spécifiques (principalement humain), au sein de l’organisation ou en collaboration externe, favorisent le choix de bonnes pratiques (Menard 2005). Les études de cas montrent également que l’apprentissage organisationnel est un facteur qui favorise ce choix. Les mécanismes d’incitations basés sur les prix et les motivations comme la réputation, la confiance, les sentiments d’appartenance et de partage de la plus-value sont des éléments importants pour la stabilité des arrangements qui favorisent le choix des bonnes pratiques. Par ailleurs, l’existence de règlementations et/ou de leur anticipation, ainsi que d’un environnement institutionnel qui incite et qui contrôle les conformités à ces règlementations favorise le choix de bonnes pratiques. Enfin, l’insertion dans des processus marchands liés à la qualité favorise le choix des bonnes pratiques. En effet, la plus-value générée par ces marchés ainsi que le besoin de construction et de maintien d’une image de marque sont des incitations importantes pour le choix des bonnes pratiques agro-environnementales.

Bruno DE MENNA (LEREPS, UT1 Capitole) : Le sociétaire face à l’actionnaire. Les phénomènes d’hybridation des banques coopératives en France. Le cas du Crédit Coopératif et du groupe BPCE

Si les banques coopératives ne représentent aujourd’hui que 20% des dépôts bancaires en Europe, le paysage français semble quant à lui faire figure d’exception. En effet, parmi le top 5 des plus grands groupes bancaires de l’Hexagone, trois banques au statut juridique de coopérative récoltent à elles seules plus de 60% de l’ensemble des dépôts du pays (Ansart, Monvoisin ; 2011).

Depuis une trentaine d’année, le secteur bancaire connait néanmoins de profondes mutations qui ont obligé les banques coopératives a modifier leur fonctionnement ainsi que leur gouvernance. Parmi les transformations les plus notables, citons les phénomènes d’internationalisation des activités, les cotations boursières de l’organe central ou des filiales du groupe, ainsi que le développement de la croissance externe (Batac, Maymo, Pallas-Saltiel ; 2008).

Derrière ces évolutions relativement récentes se cachent des tensions entre, d’une part, la tradition coopérative et les valeurs historiques dans lesquelles elle s’enracine et, d’autre part, des enjeux – nouveaux et complexes – liées à la croissance des organismes bancaires dans un environnement sans cesse plus compétitif (Jaeger, Lemzeri, Ory ; 2015).

Cette rupture se fait essentiellement ressentir à trois niveaux : au niveau de la gestion et de l’administration de la soft information1, au niveau de la gouvernance, et au niveau du volume des dettes et actifs liés à l’élargissement des activités bancaires ; notamment au travers de leur caractère devenu désormais universel2 (Bazot, Jeffers ; 2015).

Dans ce contexte, nos recherches se tournent vers l’analyse d’un établissement bancaire qui tente d’assoir son avantage concurrentiel lié à ses fondements historiques – à savoir le Crédit Coopératif – tout en insérant ses activités dans le quatrième plus grand groupe bancaire de France, le groupe BPCE ; ce dernier étant issu de la fusion de la Caisse nationale des Caisses d’épargne et de la Banque fédérale des Banques populaires opérée en 2008.

Damien CUBIZOL (GATE-LSE-CNRS, Université Lyon 2) : Unbalanced privatization in emerging economies and capital flows

Some emerging countries face a large privatization during their economic transition. For most of them, particularly in China and ex-Soviet Union countries, the increasing share of private firms is not followed by a sufficient funding by State-Owned-Banks (SOBs).

This empirical study reveals that a higher credit distribution by SOBs to State-Owned Enterprises (SOEs), to the detriment of some highly productive private firms, has an effect on foreign investments in emerging countries experiencing an economic transition. A first approach relying on GMM, Bayesian techniques, and utilizing a sample of 40 emerging countries over the period 1987-2007, demonstrates that the capital misallocation created by SOBs during privatization hinders inward FDI and enhances the accumulation of foreign assets.

Then, to specify the effect on FDI inflows, a sectoral approach is implemented for 1992-2012. The methodology follows Rajan and Zingales (1998), with a global index of sectoral financial dependence (independent of country and time) that enables correcting for country and industry characteristics to preclude any possibility of omitted variables or endogeneity issues. This sectoral analysis strengthens the previous results and allows for quantification: the rise in the credit afforded to SOEs to the detriment of growing private firms is associated with a slowdown of inward FDI stocks by approximately 16 % to 23 % during privatization. This conclusion is valid in manufacturing but not in tertiary sectors, that is, in sectors with more private firms and external finance dependence.

The literature on the Chinese case is partly extended to the main emerging privatizing countries, and the results allow for improvement in policy actions to better allocate capital in transition economies and for international stability. The policy actions can be of two types: reduce the credit bias at its source or limit the negative consequences on investment.

Appel à communications

Journée des doctorants du LEREPS

a) Objectif de cette journée :

Organisée sous l’égide du Laboratoire d’Étude sur l’Économie, les Politiques et les Systèmes sociaux (EA 4212 LEREPS), cette journée a pour objet d’offrir un espace aux doctorants pour présenter leurs travaux de recherche et pour échanger sur leurs différentes approches théoriques, méthodes et résultats.

b) Public visé :

Durant cette journée, les doctorants et jeunes docteurs présenteront un papier (soumis à une revue, en cours ou un projet d’article) qui sera rapporté par un chercheur confirmé. D’anciens doctorants du LEREPS ou d’autres doctorants de notre École doctorale (TESC) et du LABEX SMS peuvent également présenter leurs travaux récents. Il est prévu de regrouper les communications par session thématique.

c) Thématiques de la rencontre :

Les thématiques s’inscrivent dans un des axes du LEREPS :

– Finance et industrie ;

– Réseaux et territoires ;

– Développement et soutenabilités ;

d) Soumission :

Doctorants et jeunes docteurs doivent envoyer un résumé (300 à 400 mots, ainsi que 4 mots clés) accompagné des informations suivantes : nom, prénom, laboratoire de rattachement, situation des auteurs (thèse en cours ou post-doc).

e) Calendrier :

Les résumés et informations devront être envoyés avant le Mardi 15 mars 2016, 12h00, par mail uniquement à : bastien.bezzon@etu.univ-tlse2.fr

La Journée des Doctorants du Lereps aura lieu le Vendredi 15 avril 2016, de 9h00 à 17h30. Manufacture des Tabacs, Bât Q, 2ème étage, salle Open Space 21, allée de Brienne, 31042 Toulouse.

Résumés, présentations, working papers (si disponibles) et informations sur le site : https://docreps.hypotheses.org/

Contacts : luis.orozco@univ-tlse2.fr et bastien.bezzon@etu.univ-tlse2.fr

Journée des doctorants du LEREPS 2016

Après consultations, la journée des doctorants du LEREPS aura lieu le vendredi 15 avril 2016, à la Manufacture des Tabacs, Bât Q, 2ème étage, salle Open space (21, allée de Brienne, 31042 Toulouse)

Organisée sous l’égide du Laboratoire d’Étude sur l’Économie, les Politiques et les Systèmes sociaux (EA 4212 LEREPS), cette journée a pour objet d’offrir un espace aux doctorants pour présenter leurs travaux de recherche et pour échanger sur leurs différentes approches théoriques, méthodes et résultats.

Michael Llopart : Faire une histoire sociale d’entreprise: approche méthodologique et pertinence heuristique, le cas de l’Office national industriel de l’azote

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

Ancêtre de l’usine AZF, l’Office national industriel de l’azote (ONIA) a laissé dans la mémoire locale des souvenirs contradictoires qui oscillent entre la nostalgie et la répulsion. Dans une configuration mémorielle encore agitée en raison du procès en cours de la firme Total, il paraissait urgent de proposer une étude historique des sept décennies qui ont précédé le drame de 2001.

Lire la suite

Bastien BEZZON : Les modalités sociales de la construction de la Mécanic Vallée

Galerie

Une foisonnante littérature sociologique s’est intéressée à la création d’entreprises. Cette littérature (portée notamment par M. Grossetti, J-F Barthe et F. Reix) a mis en évidence l’importance des milieux professionnels et familiaux dans le soutien à ce type de création. Notre présentation souhaite compléter ces résultats en démontrant l’importance de ces milieux dans le processus de reprise d’entreprises.

Lire la suite

Louis SALGUEIRO : Dynamiques d’adoption et de diffusion des télécentres en milieu rural : le cas d’une région française

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

Ce papier présente une étude empirique sur la territorialisation des dispositifs de télétravail en milieu rural. Les auteurs étudient l’offre et les usages (ou non) d’un dispositif sociotechnique centré sur les TIC, le télécentre en milieu rural. La démarche d’analyse présente les stratégies d’acteurs et l’imbrication des modalités d’action des pouvoirs publics à différentes échelles. Si deux modèles de dispositifs se distinguent, marqués par les imaginaires des effets supposés des TIC, l’analyse des usages et des non-usages révèlent des effets induits, attendus ou imprévus par les politiques publiques.

Lire la suite

Héloïse VALETTE : Action collective et mise en œuvre de la politique sectorielle de l’eau potable au Bénin: une approche pluridisciplinaire

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

Cette présentation s’inscrit dans le cadre d’un projet d’article afin de valoriser les résultats du programme de recherche APPI (ANR Les Suds II) intitulé « Une Action Publique éclatée. Production et Institutionnalisation de l’action publique dans les secteurs de l’eau potable et du foncier » (2010-2014). APPI proposait d’analyser les processus de construction de l’action publique dans trois pays sous régime d’aide (Bénin, Burkina Faso, Niger) et de repérer les facteurs qui conduisent – ou non – à son institutionnalisation.

Lire la suite

Valentina LOCHER : Organisations interprofessionnelles agricoles et innovation. Différentes modèles de participation et facteurs conditionnant

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

Les transformations productives et technologiques qui ont eu lieu dans le secteur agro-industriel argentin au cours des vingt dernières années ont entrainé des changements dans le système d’innovation, changements qui concernent notamment les acteurs parties prenantes de ce système.

Lire la suite

Dimitrios KARKANIS : Développement régional et inégalités socio-spatiales : Le cas des régions chinoises (1997-2012)

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

La recherche à l’échelle internationale sur la méthodologie d’évaluation des facteurs et des indices qui déterminent le niveau du développement humain des nations a provoqué ultérieurement le débat sur l’évaluation du développement en termes des inégalités parmi les différentes régions d’une nation, afin de répondre à la question du développement humain au niveau des territoires d’une manière plus efficace.

Lire la suite

Geoffroy LABROUCHE : Les stratégies d’innovation ouverte des PME de biotechnologies en Midi-Pyrénées: expression de capacités dynamiques relationnelles ?

Galerie

Cette galerie contient 1 photo.

Les stratégies d’innovation ouverte dans les PME de biotechnologies du secteur de la santé s’imposent en tant que nouveau paradigme. Les firmes doivent désormais utiliser des idées et des accès au marché extérieurs à leurs frontières pour avancer dans leur processus d’innovation (Chesbrough, 2003).

Lire la suite