Geoffroy LABROUCHE : Les stratégies d’innovation ouverte des PME de biotechnologies en Midi-Pyrénées: expression de capacités dynamiques relationnelles ?

glGeoffroy LABROUCHE

Doctorant en sciences économiques au LEREPS

Université de Toulouse 1 – Capitole

geoffroy.labrouche [at] ut-capitole.fr

 

Domaines de recherche : Open Innovation, Capacités Dynamiques, Économie de l’innovation, Économie des réseaux, Dynamiques organisationnelles

Sujet de thèse : « Stratégie d’innovation et capacités dynamiques relationnelles : Le cas de l’industrie pharmaceutique »

La thèse en deux mots : L’objectif général de la thèse est d’étudier le déploiement stratégique dans un High-Velocity Market à travers la mise en œuvre des capacités dynamiques. Cette mise en pratique de la stratégie se situe dans un espace d’intermédiation entre l’environnement interne de la firme, où sont stockées ses ressources et compétences, et son environnement externe. C’est dans cette interface entre l’interne et l’externe que vont se déployer les capacités dynamiques pour permettre l’adaptation de la firme à son environnement. Ce déploiement peut notamment s’expliquer par l’expression d’un type de capacité dynamique particulier que nous développons: les capacités dynamiques relationnelles. Plus précisément, nous étudions les Capacités Dynamiques Relationnelles à travers les stratégies d’innovation ouverte déployées par les firmes évoluant dans le secteur de la pharmacie et des biotechnologies.

Résumé du papier : Les stratégies d’innovation ouverte dans les PME de biotechnologies du secteur de la santé s’imposent en tant que nouveau paradigme. Les firmes doivent désormais utiliser des idées et des accès au marché extérieurs à leurs frontières pour avancer dans leur processus d’innovation (Chesbrough, 2003). Ces stratégies d’innovation ouverte permettent de créer davantage de valeur et d’acquérir une meilleure capacité d’adaptation au cours du temps (Kechidi et Labrouche, 2013). Nous envisageons l’adoption de ces stratégies comme une expression de capacités dynamiques relationnelles permettant à ces firmes de mieux faire face aux changements de leur environnement. La finalité de l’article est de montrer que les stratégies de mise en relation des PME de biotechnologies dans le processus d’innovation sont une expression de capacités dynamiques relationnelles. Nous mobilisons une étude empirique fondée sur 15 entretiens semi-directifs, menés auprès de PME de biotechnologies de Midi-Pyrénées et analysés à l’aide du logiciel IRaMuTeQ. Les résultats préliminaires montrent que les PME de biotechnologies localisées dans la région Midi-Pyrénées ont recours à des relations de coopération dans le but de compléter leurs portefeuilles de compétences afin de mettre au point de nouvelles innovations (molécules, technologies, modèles in vitro ou ex vivo). Il semble que des modèles de pratiques collaboratives se développent dans un but d’enrichissement de la mémoire organisationnelle de la firme donnant lieu à divers mécanismes d’intégration des compétences. La dynamique d’innovation est alors gérée à travers l’établissement de relations de coopération, en particulier avec des laboratoires académiques. La capacité de la firme à nouer des relations occupe alors une place importante dans le processus d’adaptation à l’environnement, particulièrement marqué par le changement de modèle productif de l’industrie pharmaceutique.

Statut du papier : Projet