Héloïse VALETTE : Action collective et mise en œuvre de la politique sectorielle de l’eau potable au Bénin: une approche pluridisciplinaire

HVHéloïse VALETTE

Doctorant en sciences économiques au LEREPS

Université de Toulouse  1 Capitole

Heloise.Valette [at] ut-capitole.fr

 

Domaines de recherche : Économie institutionnaliste ; Gouvernance des ressources en eau ; Accès aux services essentiels d’eau et d’assainissement dans les pays en développement

Sujet de thèse : La gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) urbaine en Afrique : adaptation ou émergence d’un nouveau référentiel ?

La thèse en deux mots : « Cette thèse interroge le modèle de gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) appliqué non plus à l’échelle d’un bassin, l’unité territoriale « naturelle » de gestion de l’eau, mais à des territoires à l’interface de l’urbain et du rural. »

Résumé du papier : Cette présentation s’inscrit dans le cadre d’un projet d’article afin de valoriser les résultats du programme de recherche APPI (ANR Les Suds II) intitulé « Une Action Publique éclatée. Production et Institutionnalisation de l’action publique dans les secteurs de l’eau potable et du foncier » (2010-2014). APPI proposait d’analyser les processus de construction de l’action publique dans trois pays sous régime d’aide (Bénin, Burkina Faso, Niger) et de repérer les facteurs qui conduisent – ou non – à son institutionnalisation.

L’article proposé porte plus spécifiquement sur le secteur de l’eau au Bénin, où des enquêtes de terrain ont été réalisées. L’ancrage théorique relève de l’économie institutionnaliste dans la mesure où il s’agit de comprendre les interactions entre dynamiques institutionnelles et formes organisationnelles à différentes périodes.

Le secteur de l’eau béninois est caractérisé par une dépendance importante à l’aide internationale, une forte intervention d’acteurs externes (bailleurs de fonds, ONG, etc.) et par une complexité qui s’est accrue à l’occasion des réformes qui ont marqué le secteur (manque de coordination des acteurs, arrangements institutionnels à différentes échelles, diversité des modes de gestion…).

La présentation aura un double objectif. D’une part, d’analyser le processus de construction de la politique sectorielle de l’eau dans un pays fortement dépendant de l’aide internationale et, d’autre part, de caractériser les pratiques dans la mise en œuvre de la politique en milieu rural.

Pour ce faire, nous axerons notre propos sur l’élaboration des règles lors des processus de définition et de mise en œuvre des stratégies de développement au niveau national en recourant aux grilles d’analyse institutionnalistes. Dans un second temps, nous analyserons les conflits, les stratégies de contournement et/ou de résistance des acteurs locaux vis-à-vis des réformes édictées au niveau national.

Statut du papier : projet