Bruno DE MENNA (LEREPS, UT1 Capitole) : Le sociétaire face à l’actionnaire. Les phénomènes d’hybridation des banques coopératives en France. Le cas du Crédit Coopératif et du groupe BPCE

Si les banques coopératives ne représentent aujourd’hui que 20% des dépôts bancaires en Europe, le paysage français semble quant à lui faire figure d’exception. En effet, parmi le top 5 des plus grands groupes bancaires de l’Hexagone, trois banques au statut juridique de coopérative récoltent à elles seules plus de 60% de l’ensemble des dépôts du pays (Ansart, Monvoisin ; 2011).

Depuis une trentaine d’année, le secteur bancaire connait néanmoins de profondes mutations qui ont obligé les banques coopératives a modifier leur fonctionnement ainsi que leur gouvernance. Parmi les transformations les plus notables, citons les phénomènes d’internationalisation des activités, les cotations boursières de l’organe central ou des filiales du groupe, ainsi que le développement de la croissance externe (Batac, Maymo, Pallas-Saltiel ; 2008).

Derrière ces évolutions relativement récentes se cachent des tensions entre, d’une part, la tradition coopérative et les valeurs historiques dans lesquelles elle s’enracine et, d’autre part, des enjeux – nouveaux et complexes – liées à la croissance des organismes bancaires dans un environnement sans cesse plus compétitif (Jaeger, Lemzeri, Ory ; 2015).

Cette rupture se fait essentiellement ressentir à trois niveaux : au niveau de la gestion et de l’administration de la soft information1, au niveau de la gouvernance, et au niveau du volume des dettes et actifs liés à l’élargissement des activités bancaires ; notamment au travers de leur caractère devenu désormais universel2 (Bazot, Jeffers ; 2015).

Dans ce contexte, nos recherches se tournent vers l’analyse d’un établissement bancaire qui tente d’assoir son avantage concurrentiel lié à ses fondements historiques – à savoir le Crédit Coopératif – tout en insérant ses activités dans le quatrième plus grand groupe bancaire de France, le groupe BPCE ; ce dernier étant issu de la fusion de la Caisse nationale des Caisses d’épargne et de la Banque fédérale des Banques populaires opérée en 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.