Tiago TEIXEIRA DA SILVA SIQUEIRA (LEREPS, UT2J) : Les déterminants des externalités environnementales des exploitations agricoles : le rôle des structures organisationnelles, de la règlementation et du marché. Une étude empirique appliquée aux exploitations bovines laitières brésiliennes.

La régulation climatique, la biodiversité ou la préservation des ressources en eau et du sol sont des services écosystémiques qui existent dans la nature et qui sont essentiels pour la vie de la planète (Daily, 1997). Les externalités environnementales générées par les pratiques des exploitations agricoles jouent un rôle dans l’approvisionnement de ces services (Zhang et al., 2007). L’usage de bonnes pratiques agro-environnementales est indispensable pour contribuer positivement à la réalisation de ces externalités.

Dans ce cadre, la question est d’analyser quels sont les facteurs qui contribuent au choix des bonnes pratiques dans les exploitations agricoles ? Ce travail mobilise des approches en Economie de l’innovation (Rennings, 2000) et en Economie des organisations (Menard, 2012) pour l’analyse des déterminants des choix des bonnes pratiques agro-environnementales. Mobilisant le cadre d’analyse des innovations environnementales (Horbach et al., 2012), l’objectif est d’analyser le rôle des facteurs organisationnels (technology push), marchand (market pull) et règlementaires (regulatory push/pull) dans l’adoption des pratiques agro-environnementales au sein des exploitations. La démonstration empirique s’appuie sur la méthodologie d’études de cas en s’appuyant sur 6 études monographiques des exploitations laitières brésiliennes. La collecte de données a été réalisée à travers des entretiens semi-directifs avec les propriétaires, en plus d’une visite de l’exploitation en décembre 2015.

Les entretiens ont permis de mettre en lumière différents mécanismes qui déterminent le choix de bonnes pratiques agro-environnementales. En ce qui concerne les structures organisationnelles, la présence des dispositifs de coordination constitués d’actifs spécifiques (principalement humain), au sein de l’organisation ou en collaboration externe, favorisent le choix de bonnes pratiques (Menard 2005). Les études de cas montrent également que l’apprentissage organisationnel est un facteur qui favorise ce choix. Les mécanismes d’incitations basés sur les prix et les motivations comme la réputation, la confiance, les sentiments d’appartenance et de partage de la plus-value sont des éléments importants pour la stabilité des arrangements qui favorisent le choix des bonnes pratiques. Par ailleurs, l’existence de règlementations et/ou de leur anticipation, ainsi que d’un environnement institutionnel qui incite et qui contrôle les conformités à ces règlementations favorise le choix de bonnes pratiques. Enfin, l’insertion dans des processus marchands liés à la qualité favorise le choix des bonnes pratiques. En effet, la plus-value générée par ces marchés ainsi que le besoin de construction et de maintien d’une image de marque sont des incitations importantes pour le choix des bonnes pratiques agro-environnementales.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.