Pedro BAPTISTA et Franziska OLLENDORF : Le nouveau pro-activisme privé dans la chaîne de valeur du cacao. Quelle contribution pour un développement rural durable au Ghana et au Venezuela?

Récemment, nous pouvons témoigner d’une forte augmentation et d’une diversification des interventions privées dans la chaîne de valeur du cacao. À travers cette multitude nouvelle d’interventions, les différents acteurs privés influencent de plus en plus l’arrangement sectoriel et sa gouvernance dans les pays exportateurs. La communication proposée ici analyse deux cas différents d’action privée dans la filière cacaoyère : un projet UTZ de certification au Ghana et la relation inédite entre des micro-entrepreneurs chocolatiers et les producteurs de cacao au Venezuela.

Au Ghana et au Venezuela, l’État est l’acteur principal dans la filière de cacao. Il est responsable de la régulation de tous les aspects du secteur : la production, la commercialisation et l’exportation. Dans les deux cas, le nouveau pro-activisme des entreprises affecte le cadre d’action publique et les conditions locales. Au Ghana, l’étude d’un projet d’UTZ certification montre des effets positifs immédiats pour les producteurs, tels que l’amélioration de l’accès aux formations agraires et, aussi et bien souvent, l’augmentation de production. Pourtant l’approche du développement à travers cette certification éthique ne semble pas aider les producteurs à sortir plus durablement de la pauvreté. Principalement, elle apparaît comme un instrument des entreprises transnationales pour améliorer leur gouvernance de la chaîne de valeur de cacao dont elles estiment que la durabilité est en péril.

Au Venezuela, l’intervention actuelle de l’État dans la filière cacao n’a pas encouragé la production et la commercialisation de « cacaos fins ». La relation inédite qui se développe entre les micro-entrepreneurs chocolatiers et les producteurs semble encourager la production et la différentiation de variétés de cacaos fins en revalorisant les régions de productions.

Sur la base des matériaux empiriques obtenus lors des enquêtes de terrain réalisées en 2014 et 2015, la communication éclaire tant les formes de mise en oeuvre de ces interventions que leurs effets pour un développement rural durable. En utilisant la méthode d’analyse des chaînes globales de valeur, elle aborde les questions suivantes : quels sont les acteurs de ces nouvelles interventions et à travers quels mécanismes interviennent-ils ? Quels effets ont leurs actions sur la gouvernance de la filière, la production de cacao et les conditions de vie des producteurs cacaoyers ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.